Au printemps 2011, plus de 3000 maisons ont été inondées en Montérégie. Venus des quatre coins de la province, 594 bénévoles de la Croix-Rouge se sont mobilisés pour offrir un soutien matériel et moral aux sinistrés.

Nathalie Legault, son conjoint et leurs quatre enfants ont dû quitter leur maison de Saint-Blaise-sur-Richelieu et recourir aux services de la Croix-Rouge. « À la deuxième vague, l’eau s’est mise à monter de plus en plus vite. Je me suis même demandé si je devais monter sur le toit! On avait de l’eau jusqu’à la taille dans le garage et il fallait ramer pour amener les enfants à l’autobus » se rappelle Nathalie.

Lorsqu’ils ont contacté la Croix-Rouge, la famille Legault-Parent était loin de se douter qu’elle ne retournerait jamais habiter la maison qu’elle venait tout juste de rénover.

« Six mois à l’hôtel, ça peut sembler des vacances pour les enfants au début, mais il devient vite difficile de vivre quatre dans la même chambre ! »

La Croix-Rouge a pris en charge les trois premiers jours d’hébergement, les repas et autres besoins de première nécessité. Les bénévoles ont ensuite veillé sur le bien-être de la famille tout au long de son épreuve.

« Les gens de la Croix-Rouge ont été tellement gentils et attentionnés ! Lorsque nous étions hébergés à Brossard, les enfants devaient partir à 6 h du matin et le déjeuner de l’hôtel commençait à 6 h 30. Les bénévoles de la Croix-Rouge ont préparé une belle table pour s’assurer que les enfants mangeaient avant de partir », nous raconte Nathalie avec émotion.

En cas de sinistres aussi importants, les démarches pour évaluer les dommages, nettoyer, rénover ou se reloger peuvent prendre plusieurs mois. Nathalie a particulièrement apprécié le soutien moral des employés et bénévoles de la Croix-Rouge.

« On savait qu’on pouvait compter sur eux pour nous écouter et répondre à nos questions. Ils nous ont aidés plus d’une fois tant avec de l’aide matérielle que du réconfort moral. »

On ne se saisit pas toujours l’ampleur des pertes à la suite d’une inondation. « La moisissure et certaines bactéries qui s’installent sont tellement dangereuses pour la santé qu’il fallait porter un masque lors des inspections. Nous avons presque tout perdu sauf quelques meubles, la vaisselle et des objets qui n’absorbent pas l’humidité. »

Il faut dire que la famille Legault-Parent n’a pas eu de chance puisque cette même maison avait été endommagée dans un incendie il y a cinq ans. « J’avais réussi à sauver nos photos de famille lors de l’incendie et je suis contente de les avoir sortis de la maison à temps lors de l’inondation », nous confie Nathalie.

À l’automne dernier, lorsqu’ils ont enfin pu s’installer dans une nouvelle maison, les Legault-Parent avaient grandement besoin d’un coup de main pour couvrir les frais de réaménagement. La Croix-Rouge leur a alors offert un soutien de 3000 $ qui les a aidés à payer la taxe de bienvenue, acheter des vêtements et autres articles de base. « Il est parfois difficile de demander de l’aide, mais je devais le faire pour les enfants et nous sommes très reconnaissants de tout ce que la Croix-Rouge a fait pour nous depuis le printemps dernier », a conclu la sinistrée.