Après l’ouragan Matthew, la Croix-Rouge est appelée à intervenir pour endiguer la flambée de choléra

Topics: Amériques, Situations d'urgence et catastrophes dans le monde
01 décembre 2016

Après l’ouragan Matthew, la Croix-Rouge est appelée à intervenir pour endiguer la flambée de choléra Au lendemain de l’ouragan Matthew, Haïti assiste à une recrudescence des cas de choléra. Le gouvernement et des organisations partenaires, dont la Croix-Rouge, y font face en mettant en place une campagne de vaccination et d’information pour empêcher la propagation de la maladie.

Le choléra est une infection intestinale due à une bactérie. Elle se propage dans l’eau et les aliments contaminés et entraîne des diarrhées sévères et des vomissements. Le choléra n’est pas une maladie incurable, mais sans soins, une personne qui en est atteinte peut se retrouver dans un état de déshydratation dangereux. Le risque de propagation du choléra augmente après une catastrophe comme l’ouragan Matthew, en raison de facteurs comme l’inondation des égouts, le manque d’installations sanitaires adéquates, un accès difficile ou limité à l’eau potable et les logements surpeuplés.

Avec le soutien du gouvernement du Canada, la Croix-Rouge canadienne offre des formations aux bénévoles sur l’hygiène et les méthodes de prévention du choléra dans la région de la Grand’Anse, plus précisément dans la ville de Jérémie et ses environs.

Shelley-Rose Hyppolite, membre de l’équipe médicale de la Croix-Rouge canadienne à Haïti a déclaré : « Les groupes de bénévoles reçoivent une formation sur le choléra; nous leur expliquons notamment qu’il s’agit d’une maladie grave et leur indiquons quels en sont les symptômes. Nous leur parlons de ce que les familles peuvent faire pour ne pas contracter la maladie, et de ce que nous pouvons faire pour la soigner facilement. »
Parmi les 350 bénévoles, plusieurs connaissent le choléra, le pays ayant déjà fait face à une épidémie importante, notamment après le tremblement de terre de 2010. « Ils connaissent bien la maladie et nous nous appuyons sur ces bases lors de la formation, a déclaré Shelley-Rose. Nous insistons sur l’importance de donner des conseils sur les bonnes pratiques d’hygiène et sur les moyens simples que nous pouvons utiliser pour empêcher la propagation inutile des maladies. »
   
En ce moment, des bénévoles et d’autres intervenants de la région se rendent dans les zones touchées pour sensibiliser les gens aux méthodes de prévention et pour motiver la communauté à se faire vacciner.

De nombreux bénévoles travaillent dans leur village d’origine et n’ont ainsi aucun mal à gagner la confiance des habitants puisque la communauté les connaît. Cette confiance joue un rôle important dans la transmission de l’information au sein des communautés. Marie-Harlande Desmoulins, une bénévole de la Croix-Rouge haïtienne, a déclaré : « Le message que nous transmettons à nos voisins est que le choléra est une maladie grave, mais que de simples mesures d’hygiène ainsi que la vaccination peuvent sauver des vies.  J’ai grandi au sein de cette communauté et je suis très fière de pouvoir l’aider. »