Semaine de l’action bénévole : profil d’Andrew MacPherson

Topics: Au Canada, Colombie-Britannique, Bénévole
10 avril 2015

Cette semaine, la Croix-Rouge canadienne rend hommage à tous ses bénévoles dans le cadre de la Semaine de l'action bénévole qui se déroule du 12 au 18 avril 2015.

Qu’il s’agisse de se consacrer à son travail de médecin spécialisé en traumatismes et en médecine d’urgence dans les hôpitaux de Victoria, en Colombie-Britannique, de prodiguer des soins aux skieurs blessés à la station de Whistler Blackcomb ou de représenter la Croix-Rouge canadienne lors de conférences médicales à travers le monde, Andrew MacPherson a contribué à consolider la position de la Croix-Rouge canadienne à titre de prestataire principal des programmes de formation en secourisme et en RCR au Canada.

« Le fait de passer à l’action, de poser des gestes qui génèrent des retombées significatives et d’influencer positivement les causes qui me tiennent à cœur me procure un incroyable sentiment de satisfaction, a confié Andrew. La Croix-Rouge tient compte des progrès de la science et de la recherche afin de mettre en œuvre et d’inspirer le changement. C’est merveilleux de faire partie des joueurs de premier plan dans ce domaine. De plus, mon rôle de bénévole auprès de la Croix-Rouge me permet de côtoyer des personnes absolument formidables! »

Âgé de 44 ans, Andrew fait du bénévolat depuis maintenant 12 ans. Il occupe actuellement la vice-présidence du Conseil consultatif scientifique de l’Amérique du Nord, dont le rôle est de veiller à ce que les programmes de secourisme de la Croix-Rouge intègrent les dernières avancées scientifiques et soient accessibles aux Sociétés nationales à travers le monde. Andrew assume également la présidence du Conseil médical consultatif du Canada. Sous sa gouverne, les techniques d’utilisation d’un défibrillateur externe automatisé (DEA) ont été intégrées à tous les cours de secourisme de la Croix-Rouge. La Croix-Rouge canadienne a d’ailleurs été le premier organisme à imposer cette obligation. Aujourd’hui, les recherches montrent que la RCR, administrée conjointement avec un DEA après un arrêt cardiaque, peut doubler les chances de survie de la victime. « Nous ne saurons jamais combien de vies ont pu être sauvées grâce à cette décision, mais l’industrie reconnaît désormais l’importance du DEA, a indiqué Don Marentette, directeur, Programmes de secourisme, Prévention et sécurité. Le dévouement d’Andrew envers la mission de la Croix-Rouge est des plus inspirants. » 

Andrew est également capable de rentrer chez lui à la hâte afin d’accompagner sa fille de 11 ans à une conférence sur les épaulards et de construire des châteaux de sable avec son fils de 7 ans. « J’ai deux enfants et je veux leur montrer qu’ils peuvent contribuer à construire un monde meilleur. Il ne s’agit pas tant de faire la manchette ou de se retrouver sous les projecteurs, mais plutôt de poser des gestes qui nous procurent un sentiment de satisfaction et qui inspirent les autres. »

Dans le cadre des réunions à l’étranger auxquelles il a participé, Andrew s’est penché sur les normes de secourisme du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) aux côtés de spécialistes de son domaine en provenance du monde entier. Il présentera prochainement un exposé lors d’une conférence sur les besoins des enfants sinistrés qui se déroulera en Turquie. Andrew espère également avoir un jour l’occasion de prendre part à une mission au sein de l’Équipe de réponse aux urgences du CICR. 

Andrew encourage toute personne en quête d’un véritable sentiment d’accomplissement à s’engager auprès de la Croix-Rouge. « C’est l’engagement le plus valorisant qui soit, après la naissance d’un enfant.»

C'est grâce à la contribution de bénévoles comme Andrew que la Croix-Rouge canadienne est en mesure d'offrir des services aux collectivités les plus vulnérables d'un bout à l'autre du Canada.

Merci Andrew!