Les bénévoles de la Croix-Rouge canadienne offrent soutien et compassion à Moncton

Topics: Nouveau-Brunswick, Bénévole
17 juillet 2014

Le 10 juin, des funérailles émouvantes ont eu lieu à Moncton, au Nouveau-Brunswick, en l’honneur de trois agents de la GRC. Des milliers de personnes se sont rassemblées au Colisée de Moncton afin de rendre hommage à Doug Larche, à Fabrice Georges Gevaudan et à Dave Joseph Ross, respectivement âgés de 40, 45 et 32 ans. Tous les trois ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions en tant que membres de la police montée du Nouveau-Brunswick. Leur mort tragique met en évidence les dangers auxquels s’exposent les agents de la paix partout au Canada dans le but de servir et de protéger leurs collectivités.

Au cours des journées qui ont précédé les funérailles, on a fait appel à la Croix-Rouge canadienne afin qu’elle soit à la disposition des milliers d’agents de police, de pompiers, d’ambulanciers, de soldats ainsi que de bénévoles en recherche et sauvetage qui assisteraient à la cérémonie. La Croix-Rouge canadienne entretient des liens étroits avec les premiers intervenants à travers le pays et s’emploie à les soutenir dans leur travail.

Chef de la police de Fredericton, Leanne Fitch a affirmé que l’aide offerte par la Croix-Rouge le jour des funérailles a contribué à rendre une journée pénible un peu plus supportable.

« L’humeur était sombre et douloureuse, c’est le moins qu’on puisse dire », a raconté Mme Fitch. Le matin des funérailles, elle a quitté Fredericton vers 6 h en compagnie de ses confrères et entrepris le trajet de 2 heures qui les mènerait au Colisée de Moncton, où les policiers membres du cortège funèbre s’étaient donné rendez-vous.

En tout, 61 bénévoles provenant du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard se sont portés volontaires pour donner un coup de main cette journée-là. Ils ont distribué des bouteilles d’eau, des mouchoirs et de la crème solaire. Ils ont également trouvé une solution de transport pour un policier qui ne pouvait participer au défilé, car il avait la jambe cassée et ont mobilisé des secouristes prêts à intervenir en cas d’urgence.

« Il y avait même des bénévoles de la Croix-Rouge postés à l’extérieur des toilettes qui proposaient respectueusement de tenir le chapeau des policiers devant utiliser les toilettes, a dit Mme Fitch. Ce genre de marque d’attention témoigne d’une prévenance inouïe. »

Ce fut une expérience nouvelle pour la chef de police qui est plus habituée à collaborer avec les bénévoles et les employés de la Croix-Rouge que de bénéficier de leurs services.

« Les policiers travaillent souvent côte à côte avec des agences et des organismes comme la Croix-Rouge, a-t-elle expliqué. Il est beaucoup plus rare pour nous de recevoir leur aide. En observant le travail de la Croix-Rouge sous ce nouvel angle, j’ai été grandement marquée par son attention, sa bienveillance et sa compassion. »

Après une journée qui a compté autant d’accolades que de larmes, Mme Fitch a trouvé le bon moyen d’exprimer sa reconnaissance envers les bénévoles de la Croix-Rouge.

« Au moment de quitter les funérailles, j’ai croisé une bénévole de la Croix-Rouge que je connaissais personnellement, a-t-elle relaté. Les mots m’ont manqué, je l’ai donc simplement serrée dans mes bras. »