Les réfugiés ont une vie meilleure au Canada, mais ont tout de même besoin d’un coup de pouce

Topics: Alberta, Services aux migrants et aux réfugiés
15 août 2012

Les réfugiés ont une vie meilleure au Canada, mais ont tout de même besoin d’un coup de pouce


Le journal Calgary Herald a récemment publié le témoignage de Dhamber Diyali, un homme qui a quitté le Bhoutan en 2009 pour se réfugier au Canada avec sa famille. Aujourd’hui, M. Diyali voit le Canada comme l’un des meilleurs pays au monde, mais il y a trois ans de cela, il a éprouvé beaucoup de difficultés à apprivoiser la langue et les coutumes.

« Dans mon pays, il fait très chaud, tandis qu’ici, il fait très froid, a expliqué M. Diyali aux journalistes. Au début, nous n’avions pas de voiture, nous passions donc beaucoup de temps à attendre l’autobus. Nous n’avions pas d’emploi : la recherche d’emploi a été très difficile puisque nous ne maîtrisions pas la langue. »

L’histoire de la famille Diyali est loin d’être un cas isolé. Les immigrants qui arrivent tous les ans au Canada en quête d’une vie meilleure connaissent autant de défis que de nouvelles possibilités. Les obstacles courants comprennent le risque élevé d’itinérance, le chômage et l’accès restreint aux soins de santé. Ces problèmes sont souvent exacerbés par le fait que beaucoup de réfugiés se butent aux barrières linguistiques.

La Croix-Rouge canadienne offre des services aux migrants et aux réfugiés afin d’appuyer les personnes qui commencent une nouvelle vie au Canada. Dans le cadre de son programme First Contact, la Croix-Rouge aide les réfugiés à trouver un logement abordable, à revendiquer leur statut de réfugié, à décrocher un emploi et à soumettre des demandes pour obtenir de l’aide juridique et sociale.