L’heure des nouveaux défis : de 2010 à 2017

Une bénévole de la Croix-Rouge canadienne embrasse une femmeCette décennie a été marquée par une longue succession de catastrophes à grande échelle qui ont laissé de profondes cicatrices. Dans la foulée de ces crises, la Croix-Rouge canadienne a dû relever de nombreux défis qu’elle n’avait jusqu’alors jamais rencontrés, tant au Canada qu’à l’étranger.

Au cours de ces années, la planète a été le théâtre d’une vague de migration mondiale sans précédent. Ces masses de gens vulnérables en quête de sécurité et d’espérance ont confronté la communauté internationale à l’un des plus grands défis humanitaires de notre époque.
 
Deux principales causes étaient à l’origine de cet afflux migratoire : d’une part, les conflits armés et les dissensions politiques prolongés; d’autre part, les changements climatiques et les catastrophes naturelles. Parmi les événements les plus dévastateurs, citons la crise en Syrie et à la sécheresse en Afrique de l’Est, suivie d’une grave crise alimentaire.
 
La Crise en Syrie a commencé en 2011. En 2018, elle avait fait plus de 250 000 morts et forcé 8 millions de personnes à quitter leur foyer. La Croix-Rouge canadienne a aidé à répondre aux besoins médicaux urgents en Syrie, en plus de prêter main-forte aux Syriens qui trouvaient refuge dans les pays voisins ou en Europe.  Le Canada a aussi ouvert ses portes à 25 000 réfugiés syriens entre 2015 et 2016. La Croix-Rouge canadienne s’est jointe à un grand réseau de personnes et d’organismes canadiens qui se sont mobilisés pour leur offrir un accueil en toute dignité.
 
Entre 2014 et 2016, la flambée d’Ebola la plus meurtrière à ce jour a décimé la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria sur la côte ouest de l’Afrique. La Croix-Rouge canadienne a déployé 56 travailleurs humanitaires pour évaluer, appuyer et sensibiliser la population au virus et aux méthodes de prévention. De plus, la Croix-Rouge canadienne a fourni du matériel afin de mettre sur pied un centre de traitement contre l’Ebola en Sierra Leone. La flambée a été maîtrisée, mais la crainte d’une épidémie mondiale s’est répandue jusqu’en Europe, en Amérique du Nord et en Asie.
 
En Afrique de l’Est, des populations ont dû fuir leur foyer en raison des tensions politiques ainsi que des sécheresses à répétition qui avaient provoqué une crise alimentaire.  En 2017, la Croix-Rouge canadienne est intervenue lorsqu’une flambée de choléra s’est déclarée dans la région en aménageant un centre de traitement afin d’endiguer ce virus dangereux et de traiter les malades.
 
Tandis que des millions de personnes partaient en quête de lendemains plus heureux ailleurs, des millions d’autres ont tout perdu dans le sillage d’une série de catastrophes naturelles dévastatrices. Le séisme de 2010 en Haïti a rasé Port-au-Prince et les communautés environnantes, jetant ainsi à la rue 200 000 personnes, tandis qu’un tremblement de terre d’une magnitude de 9,0 a déclenché un terrible tsunami au large des côtes du Japon.

En avril 2015, un séisme a frappé une région densément peuplée de Katmandou, au Népal. Un mois plus tard, le cauchemar se répétait. Cette tragédie funeste a enlevé la vie de 9 000 personnes, en plus de chasser 700 000 familles de leur foyer. La Croix-Rouge canadienne a établi un hôpital mobile dans les jours qui ont suivi les premières secousses et offert des soins à 5 400 patients en trois mois. En 2013, le Typhon Haiyan, un cyclone d’une rare violence, a déferlé sur les Philippines. Au cours de l’été 2017, les ouragans Harvey et Irma ont touché la côte Est des États-Unis et les Caraïbes.
 
Au Canada, les catastrophes climatiques se sont enchaînées à un rythme effarant. Des feux de forêt ont éclaté en Alberta, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique en 2011, 20152016 et 2017, décimant les communautés et forçant les résidents à fuir la région. En 2013 en Alberta, les eaux ont inondé Calgary, High River et les communautés environnantes. Des tempêtes de verglas en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick ont provoqué des pannes et privé de courant plusieurs familles au beau milieu de l’hiver. De plus, des communautés autochtones ont fait face à des urgences sur plusieurs fronts, notamment au cours de la crise du logement à Attawapiskat, des feux de forêt ans le nord du Manitoba, et lors de l’évacuation de Kashechewan.
 
Le Québec a reçu son lot de tragédies, comme l’incendie dans la petite communauté de L’Isle-Verte, qui a fait 32 victimes. En juillet 2013, lors de l’accident ferroviaire à Lac-Mégantic qui a fauché la vie de 47 personnes, la Croix-Rouge a recueilli 14,8 millions de dollars afin d’épauler cette petite communauté très soudée dans son rétablissement.
 
En 2014, la Croix-Rouge canadienne pleurait la perte d’Eva Pindoff, une philanthrope pleine de compassion qui a longtemps soutenu le travail de la Croix-Rouge canadienne. Madame Pindoff a donné plus de 20 millions de dollars en appui à l’œuvre de la Croix-Rouge. Sa sollicitude et sa compassion demeurent une source d’inspiration pour une nouvelle génération de Canadiennes qui souhaitent prendre la relève.  En 2011, la Croix-Rouge a lancé le Tiffany Circle, une société de femmes chefs de file qui accordent leur soutien à la Croix-Rouge.
 
L’année 2016 représentait un jalon important pour la Croix-Rouge, qui célébrait son 120anniversaire. L’œuvre humanitaire de la Croix-Rouge n’existerait pas sans ses travailleurs humanitaires, dont l’expertise médicale, technique et psychosociale contribue au rétablissement de personnes touchées par des crises aux quatre coins de la planète.
 
L’un des moyens les plus efficaces d’assurer la sécurité des Canadiens est de leur transmettre des connaissances en secourisme, en sécurité et en prévention. Dans cette optique, la Croix-Rouge a entrepris une refonte de ses cours de secourisme en 2016. En effet, il ne s’agit pas seulement d’enseigner des techniques pratiques aux gens, mais aussi de leur insuffler la confiance nécessaire pour intervenir dans une situation d’urgence. Afin de mieux comprendre les circonstances entourant les décès liés à l’eau, la Croix-Rouge a compilé un rapport en 2016 qui examine les noyades survenues au Canada de 1991 à 2013. De plus, les applications pour téléphone intelligent se sont imposées comme d’excellents outils dans la promotion de la santé et de la sécurité. Ainsi, la Croix-Rouge a mis au point deux applications pour aider les Canadiens à se préparer aux urgences en envoyant des conseils sur le secourisme et la sécurité directement sur leurs appareils.
 
Cette décennie a été également marquée une prise de conscience des besoins en santé mentale. La Croix-Rouge a lancé son tout premier programme de secourisme axé sur la santé mentale. Et puisqu’une bonne santé mentale favorise l’épanouissement des jeunes, c’est aussi à cette époque que la Croix-Rouge a donné le coup d’envoi à ses campagnes contre l’intimidation, notamment par la création de la Journée rose de la Croix-Rouge.
 
Sources :
Croix-Rouge canadienne:  Rapports annuels. 2010-2017.
croixrouge.ca